Communiqués de presse

 

 

Facebook Twitter Réseaux

 

07 avril 2014

BNP Paribas Real Estate commente les indicateurs Immostat-IPD

Au cours du 1er trimestre 2014, les volumes investis en immobilier d’entreprise en France auront atteint 4 milliards d’euros. Même s’ils sont en légère baisse sur un an (- 3 %), ces montants restent élevés par rapport à ceux enregistrés en moyenne au début de chaque année.

Les transactions de plus de 100 millions d’euros représentent une part conséquente des volumes (63 %), avec notamment la transaction Cœur Défense pour 1,3 milliard d’euros. Les investissements sont très concentrés sur le bureau (75 %), avec des montants en hausse de 75 % sur un an. Pour les autres typologies d’actifs, les acquisitions sont en recul sur le 1er trimestre.

« Des pressions à la baisse persistent sur les taux « prime », notamment pour celui de Paris QCA qui atteint 4,25 % début 2014. De plus, le regain d’intérêt pour les actifs moins « sécurisés » se poursuit puisque les taux de rendement moyens ne progressent pas, dans l’ensemble au 1er trimestre 2014, contrairement à l’an passé » explique Richard Malle, Directeur Research France, BNP Paribas Real Estate. L’évolution des fondamentaux observés sur les marchés utilisateurs pourrait permettre de confirmer cette tendance au cours des prochains trimestres. De plus, les taux financiers restent extrêmement bas, protégeant la rémunération du risque des investisseurs en immobilier : l’Euribor 3 mois et l’OAT à 10 ans sont attendus respectivement à 0,1 % et 2,2 % en fin d’année 2014.

La demande placée en bureaux franciliens atteint 507 000 m² au 1er trimestre 2014, en hausse de 19 % sur un an. Ce sont principalement les transactions de grandes surfaces, supérieures à 5 000 m², qui expliquent cette tendance avec un rebond de 62 %. Tandis que les volumes commercialisés en moyennes surfaces (comprises entre 1 000 et 5 000 m²) enregistrent une faiblesse au cours de ce 1er trimestre (- 15 %), le niveau des transactions en petites surfaces (inférieures à 1 000 m²) reste bien orienté (+ 8 %). C’est pourquoi le nombre de déménagements affiche au total un niveau solide.

Bien que faible, l’absorption nette observée au cours du 1er trimestre 2014 (60 000 m²) aura permis une stabilisation de l’offre de bureaux franciliens. Si le taux de vacance reste haussier à la Défense (12,2 %), les signaux sont encourageants dans le Croissant Ouest avec, certes un niveau encore élevé (14,1 %), mais une légère diminution enregistrée. « Sur l’ensemble de l’année 2014, le taux de vacance en Île-de-France devrait connaître une tendance stable à 7,5 %. Dans ce contexte, les loyers faciaux évolueront très modérément au cours des prochains trimestres. Néanmoins, les mesures d’accompagnement devraient rester soutenues. Pour les surfaces de plus de 1 000 m², elles s’élèvent à 18 % en moyenne sur l’ensemble de la Région parisienne, en hausse de 5 points en deux ans, allant de 15 % dans Paris QCA à 21 % à La Défense » souligne Richard Malle.

En 2013, la croissance économique en France aura atteint 0,3 %. Comme en témoignent les récentes enquêtes de conjoncture, la reprise de l’activité se met très progressivement en place. En 2014, la croissance française est attendue à 0,8 %, ce qui entraînera une stabilisation de l’emploi salarié francilien, voire même une légère hausse. De plus, le reflux des délais de décision immobilière des grandes entreprises devrait se confirmer. « C’est la raison pour laquelle, après 1,9 million de m² en 2013, la demande placée de bureaux en Île-de-France est attendue autour de 2,2 millions de m² pour l’année 2014 » conclut Richard Malle.

Téléchargez le PDF

Une présence internationale
BNP Paribas Real EstateCarte des implantations
et ses filiales offrent un service immobilier complet et unique
pour vous accompagner à la réussite de vos projets immobiliers
localement et internationalement
 
Recherche
X