BNP Paribas utilise des cookies sur ce site. En continuant à utiliser notre site Web vous acceptez l'utilisation de ces cookies.
Veuillez consulter notre politique de cookie pour plus d'informations.

Communiqués de presse

 

 

Facebook Twitter Réseaux

 

22 octobre 2012

Londres, 2ème centre TMT au monde - BNP Paribas Real Estate

Une étude exclusive publiée par BNP Paribas Real Estate révèle que Londres est le 2ème centre TMT (Technologies, Médias et Télécommunication) au monde, après New York

Selon une étude publiée par BNP Paribas Real Estate, Londres est élue comme le deuxième centre TMT (Technologies, Medias et Télécommunications) du monde par les professionnels de ces secteurs. La capitale anglaise arrive après New York, mais devant Los Angeles, Paris, Hong Kong, Berlin et la Silicon Valley.

 

BNP Paribas Real Estate a mandaté le cabinet de conseil indépendant Meridian West pour interroger plus de 100 responsables immobiliers d'entreprises du secteur des technologies, des médias et des télécommunications (TMT)*, issues de sociétés diverses et variées, de la start up à l’entreprise plus « classique ».

 

Première conclusion, rassurante, de cette étude : le secteur des TMT va continuer à progresser. Ainsi, 54 % des entreprises interrogées prévoient d'augmenter leurs effectifs à Londres au cours des trois prochaines années, ce qui correspondrait à une demande supplémentaire de près de 111 500 m2, soit l'équivalent de deux fois la tour Shard (l'immeuble emblématique de Londres, situé en face de la City, qui doit être inauguré en février 2013). Globalement, BNP Paribas Real Estate prévoit que les transactions dans l'immobilier de bureau dans le secteur des TMT atteindront près de 432 000 m2 d'ici fin 2014 (soit l'équivalent de huit tours Shard !).

 

Deuxième enseignement de cette étude : 70 % des entreprises interrogées anticipent un accroissement de leur chiffre d'affaires de 25 % en moyenne au cours des 12 prochains mois. De plus, 72 % d'entre elles prévoient une hausse de leur chiffre d'affaires de 44 % en moyenne sur les trois prochaines années. Les petites start-ups londoniennes du secteur des TMT sont celles qui anticipent la plus forte croissance. A Londres, plus de la moitié des entreprises des TMT envisage d'accroître leur effectif d'un tiers et cette croissance devrait être due en majeure partie à la croissance organique (89 %).

 

Le gouvernement britannique soutient Londres dans sa volonté de devenir le premier centre TMT du monde. Illustration avec Amazon qui a choisi la capitale anglaise pour y installer son siège dédié au développement et aux technologies, à Glasshouse Yard, loué par les équipes de BNP Paribas Real Estate.

 

 « La croissance prévue dans ce secteur est une bonne nouvelle pour Londres, puisque les sociétés de TMT devraient combler en partie le vide laissé par les entreprises financières, davantage touchées par la crise. Contrairement à ces dernières, qui étaient principalement situées dans le quartier de la City, les sociétés de TMT n'ont pas de lieu de prédilection. L'ensemble du marché immobilier de Central London devrait donc bénéficier de cette croissance », se félicite Dan Bayley, Managing Director de Central London chez  BNP Paribas Real Estate.

 

 « La croissance prévue dans le secteur des TMT va doper les taux d'occupation et maintenir la dynamique du marché de l'investissement de Central London. L'étude montre comment ces entreprises s'identifient à des lieux en plein essor tels que King’s Cross, Southbank, Shoreditch et Stratford. Il s'agit d'une réelle opportunité pour les investisseurs de s'intéresser de plus près à ce type de quartiers en parallèle aux marchés « core » traditionnels, mais le ticket d'entrée sera la clé du succès », explique Paul Henwood, de l'équipe d'investissement de BNP Paribas Real Estate UK.

 

*Les entreprises interrogées provenaient : à 39 % des médias et de la radiodiffusion, à 21 % du marketing, de la publicité et des relations publiques, à 14 % du développement de logiciels, à 10 % de l'édition, à 6 % des services Internet, à 4 % des télécommunications et autres (6 %).

 

Téléchargez le PDF