Communiqués de presse

 

 

Facebook Twitter Réseaux

 

04 octobre 2016

Marchés des bureaux et de l’investissement en Europe de l’Ouest au S1 2016

Etude : Marchés des bureaux et de l’investissement en Europe de l’Ouest au 1er semestre 2016

L’investissement est stable sur 12 mois

En glissement annuel, le volume d’investissement a totalisé environ 244 milliards d’euros au 2e trimestre 2016, proche de son niveau à la même période en 2015. Les bureaux, dont la part est stable (47 %), ont drainé 118 milliards d’euros d’investissement (+15 % par rapport au 2trimestre 2015 en glissement annuel) et restent les actifs les plus prisés des investisseurs.

Le 1er semestre 2016 a toutefois débuté plus modestement (99 milliards d’euros), après une année 2015 exceptionnelle. Les nettes baisses observées au Royaume-Uni (28,5 milliards d’euros) et en Allemagne (18,4 milliards d’euros) soit, respectivement, -36 % et -24 % par rapport au 1er semestre 2015, ont eu de fortes répercussions sur le total européen. En France, l’investissement n’a diminué que de 3 % par rapport au 1er semestre 2015, s’établissant à 9,7 milliards d’euros au 1er semestre 2016.

La part du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne sur le volume d’investissement européen total qui atteignait, en moyenne, 63 % depuis 2007, est retombée à 58 % au 1er semestre 2016. Cette baisse a profité à d’autres marchés, tels que les Pays-Bas, la Belgique et les pays nordiques.

Au cours des 12 derniers mois, les investisseurs étrangers ont été à l’origine de 49 % du volume d’investissement total en immobilier d’entreprise.

Les investissements étrangers ont dépassé 45 milliards d’euros au 1er semestre 2016, en recul de 30 % par rapport à la même période de 2015. Les investisseurs étrangers, et en particulier américains, se sont toutefois faits plus discrets au cours des six derniers mois. La part des capitaux américains (10 milliards d’euros au 1er semestre 2016 contre 24 milliards au 1er semestre 2015) dans l’investissement international est tombée à 22 %, les acheteurs délaissant le Royaume-Uni ou l’Allemagne et ciblant davantage les Pays-Bas, l’Espagne, l’Italie et l’Irlande.

Un fléchissement de l’investissement lié à l’attentisme des investisseurs avant le référendum britannique était prévu. Les investissements américains enregistrent une des baisses les plus spectaculaires (2 milliards d’euros au 1er semestre 2016, contre 11 milliards l’année passée).

 

La baisse des taux de vacance entraîne une hausse des loyers « prime »

Conformément aux attentes, les marchés de bureaux sont restés orientés à la hausse au 2e trimestre. Modérée au 1er semestre 2015, l’activité a repris à « Central Paris » portée par de grandes opérations. En Allemagne, grâce à la baisse du chômage, le volume des transactions a atteint un niveau inédit pour un 1er semestre, effaçant le précédent record de 2008. Le marché utilisateurs de « Central London », marqué par une croissance durable et une activité soutenue, reste très dynamique.

À « Central London », Dublin et dans les villes allemandes, la baisse des taux de vacance a entraîné une hausse des loyers « prime ». En effet, « Central London », Francfort, Munich et Berlin n’ayant pas enregistré de chiffres aussi élevés depuis 10 ans. À Paris, le loyer « prime » est resté stable au cours des 10 dernières années. Enfin, dans les pays d’Europe du Sud et de l’Est, les loyers « prime », orientés à la baisse depuis 2009, sont en voie de stabilisation.

 

 

 

Téléchargez le PDF

Une présence internationale
BNP Paribas Real EstateCarte des implantations
et ses filiales offrent un service immobilier complet et unique
pour vous accompagner à la réussite de vos projets immobiliers
localement et internationalement
 
Recherche
X