Communiqués de presse

 

 

Facebook Twitter Réseaux

 

13 septembre 2013

S1 2013 : les volumes de transactions de bureaux en régions restent stables

BNP Paribas Real Estate : avec une demande placée de 580 000 m² au premier semestre 2013, les volumes de transactions de bureaux en régions restent stables

Les marchés régionaux résistent à la crise

A contre-courant des résultats du marché des bureaux en l’Île-de-France (- 19%) et de la conjoncture économique française morose, les marchés régionaux résistent paradoxalement assez bien à la crise. En effet, le marché du travail en France a continué à se dégrader au cours de l’année avec des destructions d’emplois qui gardent un rythme soutenu, marqué par de fortes disparités régionales. Pourtant, au premier semestre 2013, selon BNP Paribas Real Estate le volume de la demande placée en bureaux atteint un peu plus de 580 000 m² sur les seize principales villes régionales*, en légère hausse par rapport au premier semestre 2012 (+ 4%). Les signatures de grandes transactions bouclées en pré-commercialisation sur des opérations lancées en gris expliquent en partie cette tendance.

Néanmoins, l’offre à un an ne diminue pas et se stabilise sous la barre des 2,4 millions de m² vacants. Ainsi, la capacité d’absorption des marchés demeure limitée et un recul de la vacance durant les prochains trimestres semble improbable. L’offre neuve disponible est plutôt stable et ne pèse pas plus de 30% du stock total et surtout demeure très recherchée (46% des transactions en 2013). La rareté des surfaces neuves disponibles dans les principaux quartiers d’affaires s’atténue grâce à des livraisons significatives réalisées ou en cours qui devraient permettre de répondre aux attentes des utilisateurs. L’offre de seconde main a connu une légère progression, de l’ordre de + 2% par an constamment depuis cinq ans.

L’évolution des loyers reste peu marquée en 2013. Toutefois, une tendance baissière se confirme pour certains marchés, particulièrement dans les parcs tertiaires périphériques, où l’offre n’est souvent plus adaptée à la demande.

 

Des performances contrastées selon les villes

Selon BNP Paribas Real Estate, sept villes affichent une hausse significative de la demande placée, notamment grâce au poids des grandes transactions. Par exemple, le marché de Lyon est porté par trois « méga deals » représentant plus de 20 000 m² chacun. Egalement, Lille a signé une de ses meilleures performances semestrielles en 2013, basée sur le fort dynamisme du segment 1 000-5 000 m².

A l’inverse, neuf villes ont connu un repli sensible, en nombre et en volume et pour lesquelles les grandes transactions ont été rares, alors qu’elles avaient porté la plupart de ces marchés en 2012. C’est le cas d’Aix/Marseille, où aucune grande transaction n’a été signée, ou de Toulouse, qui affiche son plus bas niveau de demande placée depuis 2005.

« Sur l’ensemble de l’année 2013, le marché devrait accuser un léger retrait par rapport à 2012 et à la moyenne décennale, et atterrir autour d’1,2 million de m² traités. En revanche, l’offre à un an pourrait continuer de croître progressivement sous l’effet de l’augmentation régulière du stock d’offre de seconde main et de la livraison de bâtiments neufs sur le marché » souligne Jean-Laurent de La Prade, Directeur du Pôle Régions de BNP Paribas Real Estate Transaction.

* 16 villes: Aix/Marseille, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Lille, Lyon, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice/Sophia Antipolis, Orléans, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse.

 

Téléchargez le PDF

Une présence internationale
BNP Paribas Real EstateCarte des implantations
et ses filiales offrent un service immobilier complet et unique
pour vous accompagner à la réussite de vos projets immobiliers
localement et internationalement
 
Recherche
X