La question a été posée à un large panel d’investisseurs lors d’une enquête réalisée par BNP Paribas Real Estate auprès de ses clients et prospects : les investisseurs / propriétaires en immobilier d’entreprise à l’épreuve de la crise COVID19. Une enquête exclusive, réalisée à la sortie du confinement (du 12 au 26 mai) et qui permet de porter un éclairage nouveau sur les futures attentes des investisseurs en immobilier d’entreprise et leurs intentions en matière de stratégie d’investissement. Si le premier trimestre aura affiché une belle dynamique avec 7,5 milliards d’euros investis en France, soit une hausse de 46 % par rapport à la même période l’an dernier1 et un record d’investissement établi à 66,2 milliards euros en Europe2 en immobilier commercial, soit +37 % par rapport à la même période l’an passé : qu’en sera-t-il au second semestre et sur l’ensemble de l’année 2020 ?

Une dynamique qui se poursuit !

 

Sur le panel interrogé, près de 50 % des investisseurs ont décidé de poursuivre leurs projets, établissant parfois des records. Bien que la plupart des investisseurs bénéficient de liquidités et sont désireux de poursuivre leur stratégie d’investissement, près de 60 % des sondés déclarent que la crise du COVID19 aura un impact sur leur stratégie d’investissement.

Ces derniers déclarent en effet aujourd’hui être particulièrement attentifs au profil des utilisateurs sélectionnés (77 %), à la typologie des actifs (62 %), à la rénovation et la restructuration de leur portefeuille (57 %).

42 % des investisseurs pensent que le coworking s’apprête à devenir une véritable classe d’actif à part entière (42 %).

Quels actifs sont les plus plébiscités ?

 

Sans surprise, les investisseurs continuent de s’orienter vers les classes d’actifs les plus résilientes en privilégiant les profils de risque Core et Core+. Néanmoins les actifs Value-add conservent des intentions d’investissement importantes (33 %). Par ailleurs, les stratégies spéculatives et opportunistes avec 11 %, gagnent 2 points dans les résultats de notre sondage.

Pour 73 % des sondés, leur programme d’arbitrage n’est pas impacté à court terme. Parmi les actifs qui demeurent favoris, sont cités : les bureaux (24 %), les immeubles mixtes regroupant commerces, bureaux et logements (19 %), la logistique (18 %) et les locaux d’activité (18 %). Les bureaux semblent ainsi conserver la faveur, mais sont rattrapés - et c’est une tendance amorcée avant la crise – par les biens logistiques et locaux d’activité qui représentent à eux deux 36 % des intentions d’investissement privilégiés. Des typologies d’actifs qui ont su tirer leur épingle du jeu pendant cette crise COVID19 en soutenant les activités d’approvisionnement et le e-commerce par exemple.

[METHODOLOGIE]

La présente étude a été réalisée par les équipes de BNP Paribas Real Estate auprès d’un échantillon de 131 investisseurs et/ou propriétaires en immobilier d’entreprise, clients ou prospects, sur la période du 12 au 26 mai 2020. Les interviews ont été réalisées par questionnaire. La catégorie d’investisseur la plus représentée dans cette enquête est celle des investisseurs privés (22 %), suivi par les family office (18 %), les asset et fund managers (18 %), les fonds d’investissement OPCI et fonds fermés (12 %), les compagnies d’assurance et banques (11 %), les promoteurs (11 %), les SCPI, OPCI grand public et fonds ouverts (8 %) et les fonds souverrains (1 %). Ces investisseurs déploient leurs stratégies d’investissement dans le monde.

1 Etude at a glance T1 2020 Investissement, BNP Paribas Real Estate 
2
Europe COVID19 report BNP Paribas Real Estate
3 Immoweek

ACTUALITÉS

Suivez l'actualité du secteur

smart-building-hall
Data

De smart à responsive, le bâtiment au service de l’utilisateur

Bâtiment intelligent, le « smart building » répond aux enjeux d’optimisation des ressources énergétiques ou de confort des collaborateurs en intégrant des outils numériques. Alors, comment fonctionnent ces bâtiments connectés et quels sont les bénéfices pour les acteurs de l’immobilier ?

Lire la suite