Réalisée via un questionnaire en ligne par BNP Paribas Real Estate entre le 12 et le 26 mai, cette étude propose d’analyser de façon concise les réponses de 131 participants. Investisseurs et/ou propriétaires en immobilier d’entreprise, clients ou prospects de BNP Paribas Real Estate, nous avons souhaité connaître et comprendre leur perception de la crise sanitaire et leur relation avec leur property manager face à cette situation inédite.

Quelles mesures d’accompagnement ?

 

La baisse de l’activité économique pendant le confinement aura impacté tous les secteurs. 69 % des sondés déclarent par ailleurs avoir constaté un ralentissement de leur activité. Selon le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, le confinement aurait coûté près de 6 % de croissance annuelle du pays et estime que la crise sanitaire entraînera une perte de PIB de 32 % sur l’année 2020[1].

Un manque à gagner très impactant qui nécessite des aides et des ajustements au cas par cas. D’après notre étude, le report des loyers et leur mensualisation sont les mesures les plus fréquemment utilisées pour aider les locataires. Par ailleurs, dans le cadre du prolongement de la loi d’urgence votée par le Parlement, plusieurs ordonnances ont été publiées au journal officiel le 26 mars 2020 afin d’adapter un mécanisme de report ou d’étalement des loyers de manière dérogatoire aux règles des locations professionnelles, permettant de faire face aux possibles pertes financières.

Le rôle des Property Managers confirmé pendant la crise

 

Notre étude révèle que tous les sondés sont globalement satisfaits des prestations de leur property managers pendant la crise. Leur disponibilité et leur capacité à assurer une continuité de l’activité semblent arriver en tête des conduites les plus appréciés en cette période parfois complexe et imprévisible. La qualité de leur communication, leur proactivité, la gestion des prestataires d’immeubles et leurs conseils restent en très bonne position des raisons appréciées par les personnes interrogées.  Un bilan très positif donc et qui conforte une nouvelle fois l’adaptabilité et la résilience de la profession.

De nouveaux challenges pour le monde d’après

 

A la question : « Quels seront selon vous les principaux challenges auxquels vos property managers devront répondre à l’issue de cette crise ? », l’expérience utilisateur arrive en première position (89 %), la digitalisation des immeubles en second (87 %), suivi de près par la gestion et l’optimisation des espaces (85 %).

La transformation des métiers du Property Management couplée aux avancées technologiques ont, depuis plusieurs années, replacer la profession au cœur de l’expérience servicielle sur mesure. La PropTech s'affiche comme un partenaire indispensable à sa mise en œuvre. L'exploitation de la data est donc devenue une activité à part entière. Plus la technologie se développe au sein du smart building, plus le property management se doit de s'adapter et de proposer de nouveaux services. En récoltant les données relatives à la satisfaction des clients, il devient plus simple de proposer des modes de fonctionnement personnalisés et efficaces. Ainsi, de gestionnaire technique à gestionnaire d’immeuble, le property manager est devenu le parfait médiateur entre le bâtiment et ses usagers et le parfait trait d’union entre investisseurs et utilisateurs.

 

BNP Paribas Real Estate travaille par ailleurs sur une solution d’exploitation des données immobilières : Property Data Insight (PDI), destinée à utiliser et mettre en valeur les données collectées au sein des immeubles afin de mieux appréhender la notion de « space as a service ».[2]

 

Concernant l’optimisation des espaces, il est clair que la crise sanitaire va interroger la configuration des bureaux à l’aune des mesures de distanciation sociale. L’essor du télétravail et des espaces de coworking va également permettre de penser autrement l’immeuble d’entreprise.

La flexibilité va également être cruciale; le fait qu’autant de personnes aient réussi à travailler en télétravail pendant une période prolongée signifie que nous assisterons à une plus grande intégration et acceptation du travail à distance. Cela aura un impact sur la façon dont nous planifions nos bureaux mais aussi sur la conception des baux, afin d'être plus agile. Le Covid-19 nous a obligés à nous adapter rapidement à une situation qui était complètement nouvelle pour nous et va sans doute favoriser l’émergence d’une consommation des espaces davantage flexibilisée.

Csongor Csukas
Csongor Csukas
Président de l’activité Property Management France

[METHODOLOGIE]

La présente étude a été réalisée par les équipes de BNP Paribas Real Estate auprès d’un échantillon de 131 investisseurs et/ou propriétaires en immobilier d’entreprise, clients ou prospects, sur la période du 12 au 26 mai 2020. Les interviews ont été réalisées par questionnaire. La catégorie d’investisseur la plus représentée dans cette enquête est celle des investisseurs privés (22 %), suivi par les family office (18 %), les asset et fund managers (18 %), les fonds d’investissement OPCI et fonds fermés (12 %), les compagnies d’assurance et banques (11 %), les promoteurs (11 %), les SCPI, OPCI grand public et fonds ouverts (8 %) et les fonds souverrains (1 %). Ces investisseurs déploient leurs stratégies d’investissement dans le monde.

ACTUALITÉS

Suivez l'actualité du secteur

smart-building-hall
Data

De smart à responsive, le bâtiment au service de l’utilisateur

Bâtiment intelligent, le « smart building » répond aux enjeux d’optimisation des ressources énergétiques ou de confort des collaborateurs en intégrant des outils numériques. Alors, comment fonctionnent ces bâtiments connectés et quels sont les bénéfices pour les acteurs de l’immobilier ?

Lire la suite