Lionel Bodénès
Co-founder Colivme

La crise de la Covid-19 a mis un coup d’arrêt au marché hôtelier. Dès la fin du confinement, les hôtels ont progressivement rouvert pour accueillir les touristes estivaux. En régions, le parc hôtelier disponible est passé de 20% à plus de 90% à la fin de l’été. Ce n’est en revanche pas le cas à Paris par exemple, où seule la moitié des hôtels était à nouveau ouvert.

Les taux d’occupation ont chuté de la même façon

avec une perte de 37,2 points au global, mais les hôtels haut de gamme sont plus durement touchés (-45,4 points). Les séjours touristiques ayant été maintenus durant l’été, et la demande intérieure ayant augmenté faute de pouvoir partir à l’étranger, les hôtels des territoires touristiques français (bords de mer, montagnes…) affichent une bonne saison. Les métropoles, en revanche, entrainées par une demande de clientèle internationale et de séjours d’affaires ont été lourdement touchées. Les performances hôtelières ont chuté de plus de 50% à Nantes, Bordeaux, Toulouse ou Strasbourg, de deux-tiers à Paris, et même de -80% à Nice.

A moyen terme, l’activité hôtelière métropolitaine ne semble présenter un horizon radieux. Avec l’annulation progressive des congrès et évènements professionnels, et l’adoption du télétravail pour effectuer des réunions, les déplacements professionnels y trouvent une substitution provisoire.

L’adéquation entre un espace hôtelier et une transformation en résidence de coliving.

Si le modèle de l’hôtel vide ne tourne plus, se pose alors la question de les convertir. La conversion en logement apparaît couteuse et lourde sur le plan juridique.

La solution du coliving se présente ici comme plus adaptée : les espaces d’un hôtel sont configurés de telle façon à être facilement convertibles vers ce type de résidence. Le coliving comporte un triptyque « flexibilité, services, communauté ». Ainsi, les espaces comme le lobbys en rez-de-chaussée, souvent peu fréquentés, pourraient être convertis en espaces communs. Si un espace de restauration est préexistant, il pourrait être pérennisé soit comme une offre de restauration, soit comme une cuisine commune et accessible à la communauté de résidents - qui d’ailleurs peut être reconfigurée en espace de coworking le reste du temps. Enfin, la disposition des chambres dans les étages pourrait être maintenue comme telle, moyennant au besoin un réaménagement intérieur aux codes du coliving (avec notamment des rangements plus importants).

Un changement de modèle à prévoir… et un changement des mentalités.

L’adoption du modèle coliving nécessite toutefois des changements qui dépassent le métier classique de l’hôtellerie.

Par essence, l’hôtel offre une très grande flexibilité d’hébergement puisque l’on peut y séjourner à la nuitée. Cette flexibilité doit aussi être conservée pour de plus longs séjours allant de plusieurs semaines à plusieurs mois. De plus, la partie animation doit aussi être pensée sous forme d’activités ou de services communs proposés aux résidents, inclus ou non dans les loyers demandés. Des activités sportives, culinaires ou culturelles en sont de bons exemples.*

D’autres services comme un espace de coworking accessible à tous les résidents et aux personnes externes font partie du lot d’exemples existants. Enfin, une réflexion reste à mener sur les métiers des hôteliers : le métier de réceptionniste, par exemple, pourrait tout à fait être voué à évoluer en community manager.

Colivme et BNP Paribas Real Estate Research France

Partageons autour de cette réflexion

Si vous souhaitez prolonger l'échange autour de ce sujet, n'hésitez pas à me contacter ! 

L'auteur
Lionel Bodénès
Co-founder Colivme
Me contacter
Partageons autour de cette réflexion
Vous êtes : *
En cochant cette case, je consens à recevoir des sollicitations ou des offres commerciales sur des produits et services de la part de BNP Paribas Real Estate.

* Informations obligatoires

Il vous est possible de vous opposer à recevoir de la prospection commerciale par voie téléphonique en vous inscrivant gratuitement sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique sur le site internet www.bloctel.gouv.fr ou par courrier postal à - Société Opposetel, Service Bloctel, 6 rue Nicolas Siret 10000 Troyes. Cette inscription interdit à un professionnel de vous démarcher téléphoniquement, sauf si cette sollicitation intervient dans le cadre de l'exécution d'un contrat en cours et qu'elle a un rapport avec l'objet de ce contrat. BNP Paribas Real Estate, société par actions simplifiée située au 50, cours de l'Ile Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt, en tant que Responsable du traitement, traite des informations à votre égard à des fins de mesure d'audience, pour exécuter les demandes que vous nous soumettez via le site web et, dans certains cas (excepté demandes libellées Presse, Ressources Humaines et Autres Demandes), à des fins de prospection commerciale (si vous avez donné votre accord ou que la législation applicable nous y autorise). Pour plus d’informations concernant la façon dont BNP Paribas Real Estate traite vos données personnelles dans ce contexte ainsi que sur vos droits (notamment vos droits d’accès, de rectification, d’opposition au traitement à des fins de prospection et votre droit de donner des directives relatives à l’utilisation de vos données à caractère personnel après votre décès ainsi que, dans certaines circonstances, un droit à l’effacement, à la limitation du traitement, à la portabilité des données et un droit de s’opposer à d’autres formes de traitement) et les obligations de BNP Paribas Real Estate à cet égard, nous vous invitons à consulter notre notice Protection des données accessible via : https://data-privacy.realestate.bnpparibas/

Lionel Bodénès
Co-founder Colivme