Depuis la mise en place du confinement le 17 mars dernier, les Français sont confrontés à une situation totalement inédite. Confinés à leur domicile, ces derniers ont dû s’adapter à une grande difficulté : vivre entre quatre murs. Alors, le confinement va-t-il avoir un impact direct sur le rapport aux espaces ? Les critères de l’habitat de demain vont-ils considérablement évoluer suite à la crise sanitaire ? S’il parait prématuré de tirer des conclusions, l’évolution des comportements face à la privation de déplacement, la réduction des interactions sociales et l’occupation d’espaces pas toujours adaptés offrent déjà des premiers éléments de réponses.

Vers un nouveau regard sur son chez soi ?

 

Avec la crise sanitaire qui frappe l’ensemble du globe, le débat sur le logement est plus que jamais d’actualité. Les longues semaines de confinement (puis aujourd’hui de poursuite du télétravail à l’issue du confinement) poussent les populations à s’interroger sur leur lieu de vie. Aujourd’hui, on voit son chez-soi sous un autre angle. « Nous faisons tous cette expérience du « rester chez soi » qui ramène à la question de la qualité de l’habitat et au besoin d’ouverture physique mais aussi en termes de connectivité pour être en lien avec le reste du monde », confie Séverine Chapus, Head of Development Major Mixed-Use Projects chez BNP Paribas Real Estate.

Alors que les aspirations des Français semblent tendre vers un retour à l’essentiel, l’habitat s’impose comme le cadre naturel à davantage de bien-être. En effet, c’est au sein même du logement que se développe la famille. Alors, les priorités d’hier seront-elles celles de demain ? Rien n’est moins sûr…

De nombreux Français considéraient leur appartement en ville bien localisé comme un réel avantage avant l’épreuve du confinement. Cependant, avec la fermeture de la quasi-totalité des lieux de vie, le regard pourrait bien changer et les espaces extérieurs, ainsi que la connectivité, pourraient s’installer comme des critères essentiels en matière d’habitat. « Aussi, dès lors que la ville se dé-fonctionnalise (fermeture des bureaux, écoles, loisirs, salles de sport…) nous re-fonctionnarisons l’habitat. Mais comment recréer plus de fonctionnalités et à quelle échelle ? C’est le périmètre du confiné ! », ajoute Séverine Chapus.

Les espaces verts au cœur des réflexions ?

Dépendant de la composition sociale, familiale et économique mais surtout des murs, la manière de vivre le confinement dépend de nombreux paramètres. Grâce à une étude réalisée par l'Ifop pour BNP Paribas Real Estate auprès d’un échantillon de personnes, représentatif de la population française (1501), on constate que les Français habitant en zone rurale ont un regard bien plus positif sur leur logement (95%) que les Franciliens (78%). Un parisien vit dans une surface moyenne de 31 m² et la superficie moyenne des appartements dans la capitale est seulement de 59 m². A titre de comparaison, la surface moyenne des logements en France est de 91 m². Les appartements parisiens plébiscités avant le confinement sont ceux où il est le plus difficile de vivre confiné.

 

habitat espaces verts

 

On observe d’ailleurs au travers de l’enquête que l’expérience du confinement est mieux vécue par des personnes domiciliées en maison (77%) plutôt qu’en appartement (67%). Et pour cause, les premiers profitent généralement d’espaces extérieurs qui peuvent être vecteurs de bien-être et influencent considérablement l’expérience. Ainsi, les jardins, terrasses, vérandas ou bien encore balcons devraient arriver en tête des critères auxquels les Français accordent désormais plus d’importance.

Selon un sondage d’OpinionWay pour Artémis courtage, un sondé sur dix (11%) réfléchit désormais à acheter une maison avec jardin. Ils sont 15% chez les habitants de l’agglomération parisienne et 24% chez les 14-35 ans.

Des espaces de travail au sein du logement ?

 

Pratique imposée à de nombreux Français pendant le confinement, le télétravail a globalement été apprécié. 56% des personnes interrogées assurent être tout aussi efficaces de leur domicile. Plus de huit actifs sur dix sont même favorables au développement de la pratique du télétravail (83%) et les trois quarts d’entre eux estiment cette hypothèse vraisemblable (75%). Il s’agit aussi d’une solution durable pour répondre aux nombreuses crises (grèves, crises sanitaires etc.) auxquelles nous sommes confrontés.

Synonyme de flexibilité, le télétravail se distingue par un nouveau mode d’organisation. Comment aménager un véritable espace de travail au sein de son logement ? Là encore la période de confinement vient apporter des premiers éléments de réponses. Profiter d’espaces dédiés constitue un luxe non négligeable pour la santé physique et mentale des usagers. A l’instar, des espaces extérieurs, ils pourraient bien figurer en tête de liste des critères du logement de demain. Et pour cause, les espaces bien appuyés par les nombreux outils numériques peuvent permettre de reproduire le plus possible les conditions du bureau.

La crise sanitaire du Covid-19 devrait donc avoir un réel impact sur la conception du logement de demain. Entre luminosité, espaces verts, caves adaptées pour stocker les denrées alimentaires ou bien encore parties communes, le terrain de jeu est immense pour les promoteurs afin de répondre aux nouvelles aspirations.

Résidentiel neuf
Résidentiel

At a Glance - Résidentiel - Covid 19

En 2019, le pouvoir d’achat immobilier des ménages est en hausse de +21% par rapport à la moyenne de long terme. La hausse des prix de +3,7% sur un an est compensée notamment par une hausse du revenu disponible des ménages de +1,9% et un contexte de taux durablement bas.

Télécharger l'étude
ACTUALITÉS

Suivez l'actualité du secteur

Coworking
Prospective

Les espaces de coworking : un modèle résilient à l’épreuve des crises

Dans tous les domaines, il y aura un avant et un après Coronavirus. Le travail en lui-même et son organisation seront forcément impactés dans leur perception et leur structure. Le coworking, espace alternatif déjà très prisé ces dernières années, trouve donc sa légitimité renforcée. 

Lire la suite