La crise sanitaire du COVID19 a demandé aux entreprises et aux bailleurs d’agir avec sécurité, pragmatisme et humanité. Durant plusieurs semaines, les entreprises sont restées fermées, laissant leurs locaux tourner au ralenti et voyant de ce fait leur chiffre d’affaire fortement impacté. Nombre d’entre elles ont alors appelé tout naturellement les organisations de bailleurs et leurs property managers pour tenter de trouver des solutions à court et moyen terme et de réduire les risques inhérents à cette période. Le besoin de conseil et d’accompagnement s’est fait ressentir par les utilisateurs de tout ordre. Un interlocuteur s’est ainsi révélé comme un acteur clé durant cette période, le Property Manager. Pour tenter de mieux appréhender ces éléments, BNP Paribas Real Estate a conduit une étude exclusive, les utilisateurs de locaux professionnels à l’épreuve de la crise COVID19, auprès d’une audience qualifiée de locataires de locaux professionnels (70 %), de propriétaires occupants (13 %) et de locataire et propriétaire occupant (17 %).

Comment les entreprises envisagent l’après COVID 19 ?

 

La crise sanitaire du COVID 19 a fait émerger de nouveaux comportements et de nouveaux besoins pour les entreprises. C’est un fait. Ces dernières revoient ainsi leurs priorités, ou accélèrent certains aspects de leur organisation, que ce soit par conviction, confort et bien-être ou par souci d’économies financières et énergétiques. La situation aura permis en cela une véritable prise de conscience.

Les utilisateurs sondés ne remettent pas en question en revanche la nécessité de bénéficier d’un lieu identifié comme leur local d’activité. Le bureau semble être un indispensable pour beaucoup. L’attention portée au choix de cet espace sera cependant renforcée et les utilisateurs avouent vouloir encore plus privilégier les immeubles pensés pour les nouveaux usages (80 %). La santé, la sécurité et le bien-être des collaborateurs sont ainsi remis au cœur de préoccupations des entreprises.

Parmi les propriétaires occupants de leurs locaux de cette étude, 81 % d’entre eux déclarent par ailleurs peu ou pas envisager d’opération d’externalisation (sale en leaseback). Comprenons donc qu’à l’inverse près de 20 % d’entre eux l’envisagent, ce qui souligne l’importance pour les entreprises propriétaires de leurs locaux de dégager du cash et de la trésorerie. L’immobilier devient ainsi une valeur qui permet de dégager de la liquidité.

Le rôle clé du property manager

 

Les entreprises se sont rapprochées de leurs bailleurs et property managers pour gérer leur immobilier. Si tous les bailleurs ne semblent pas avoir mis en place de mesures spécifiques pour accompagner leurs locataires, plusieurs initiatives ont cependant été soulignées par les utilisateurs interrogés.

Parmi les utilisateurs de l’enquête menée par BNP Paribas Real Estate, 40 % bénéficiaient de l’accompagnement quotidien d’un property manager. Fonction clé qui s’est révélée durant la crise, comme le trait d’union idéal entre toutes les parties prenantes, le property manager a été apprécié par les utilisateurs à de nombreux égards. La continuité de service assuré, adapté à la situation, recueille le plus grand nombre de satisfaction (68 %), devant la disponibilité (63 %), la mise en place de mesures préventives (59 %) et les efforts de communication déployés (52 %).

Aujourd’hui, propriétaires et utilisateurs réalisent à quel point nous sommes impliqués dans ces sujets : nous avons certes les données, mais nous avons également la compréhension de l’immeuble et des besoins des utilisateurs. En cela nous sommes en mesure d’apporter de véritables préconisations. Nous avons été intensivement sollicités depuis le début de la crise sanitaire puisque nous sommes perçus comme un point de repère légitime. Le Property Manager jouit en effet d’une vue globale sur les parties prenantes de la chaîne de valeur immobilière. 

Csongor Csukas
Csongor Csukas
Président Property Management France BNP Paribas Real Estate

A l’issue de la crise, les principaux challenges de la profession, vus par les utilisateurs résident dans la poursuite de la mise en place de mesures sanitaires (89 %), la réflexion sur les nouveaux rôles -et services associés- de l’immeuble physique (84 %), sa digitalisation (78 %) ou encore la réduction de l’empreinte carbone des utilisateurs (79 %) et le renforcement de l’expérience utilisateur au sein des bâtiments (81 %). L’immeuble de bureau s’envisage désormais comme un flagship, élément totem de l’identité de l’entreprise et réceptacle des attentes des utilisateurs.

[METHODOLOGIE]

La présente étude a été réalisée par les équipes de BNP Paribas Real Estate auprès d’un échantillon de 157 utilisateurs sur la période du 12 au 26 mai 2020. Ces entreprises, utilisatrices de locaux professionnels ont notamment été interrogées sur l’aménagement de leurs locaux, leurs projets immobiliers ou encore leurs relations avec bailleurs et property managers. Parmi les 157 personnes qui se sont prêtés à ce questionnaire en ligne, 45 occupaient la place de CEO/président, 30 celle de gérant, 20 celle de directeur immobilier et 15 celle de directeur administratif et financier. La part restante englobant des directeurs de communication, des directeurs logistiques, des directeurs de services généraux, des directeurs de ressources humaines, des directeurs des achats, des directeurs commerciaux, des consultants, des assistants commerciaux/de direction et des asset managers. 

ACTUALITÉS

Suivez l'actualité du secteur

smart-building-hall
Data

De smart à responsive, le bâtiment au service de l’utilisateur

Bâtiment intelligent, le « smart building » répond aux enjeux d’optimisation des ressources énergétiques ou de confort des collaborateurs en intégrant des outils numériques. Alors, comment fonctionnent ces bâtiments connectés et quels sont les bénéfices pour les acteurs de l’immobilier ?

Lire la suite