Suite à une étude réalisée par l'IFOP pour BNP Paribas Real Estate, nous avons essayé de comprendre comment les habitudes des consommateurs avaient évolué pendant la crise. Les gestes de distanciation sociale, la limitation des déplacements et l'inquiétude générée par la propagation du virus ont considérablement impacté notre système économique principalement stimulé par la demande. Dans ce contexte, quelles sont les raisons qui incitent à modifier nos habitudes et peut-on déjà entrevoir des conséquences sur le long terme ?

Une préférence légèrement marquée pour les commerces de quartier pendant la crise.

 

Il semblerait que les Français maintiennent à 45% leurs habitudes de consommation chez les commerces de quartier pendant la crise sanitaire (bouchers, boulangers, etc.). Si on ne saurait parler d'un changement radical, il s'agit du type de commerces subissant le moins d'évolution en termes de comportements et de pratiques (27% déclarent y aller plus souvent en période de crise quand 28% disent y aller de façon moins régulière).

Parmi les personnes actuellement en télétravail, plus d'un tiers d'entre elles déclarent également privilégier la solution locale. La proximité et la réduction du temps de trajet pourraient être une des raisons principales.

En effet, la première raison mentionnée pour expliquer cette tendance est le soutien aux propriétaires pendant cette période difficile (43% pour toutes les personnes interrogées). Les plus de 65 ans et les retraités sont également nombreux à invoquer la solidarité (51%), ce sont également eux qui sont les plus réguliers dans leurs habitudes de consommation. Le souhait de consommer des produits locaux et de favoriser les circuits courts arrive en seconde position des raisons mentionnées par tous les sondés (22%). Ces tendances se confirment sur tout le territoire français avec de légères disparités en fonction des régions.

Les acteurs les plus impactés sont les services de livraison proposés par les restaurants et par les plateformes en ligne (Deliveroo, Uber Eats...). En effet, 45% des personnes interrogées déclarent faire moins appel à ces services depuis la crise sanitaire. Arrive ensuite le shopping en ligne (hors denrées alimentaires, type Amazon) dont le désengagement serait actuellement de -41%. Si les intentions de consommation sont en baisse, la tendance selon laquelle les Français se focalisent sur les commerces locaux pour l'achat de biens de première nécessité se confirme.

Des tendances qui semblent se confirmer pour l'avenir.

 

En termes de prospective, on retrouve des proportions égales entre ceux qui ont changé de comportements en période de crise et ceux qui comptent les conserver par la suite.

Ce sont encore une fois les commerces de quartier qui remportent une large adhésion ; 35 % des sondés ont l'intention d'en augmenter la fréquentation après la crise. Les plateformes de livraison de plats à domicile arrivent encore une fois en queue de peloton puisque 42% des interrogés souhaitent faire moins appel à leurs services. L'expérience d'achat et les produits locaux sont les plus sollicités par les consommateurs dans un contexte où, il est important de le préciser, les commerces qui ne fournissent pas un service identifié comme « indispensable » à la nation sont fermés.

Il reste donc impossible de fixer à partir de ces études une analyse représentative sur le long terme. Si les conséquences se confirmeront avec le temps, il semblerait toutefois qu'un soutien à l'économie locale soit la tendance principale et confirme un désaveu pour les services en ligne et les intermédiaires entre consommateurs et commerçants. Il s'agit bien ici de retranscrire des pratiques afin de dégager des tendances qui ne sauraient être considérées comme invariables dans le temps. Ces comportements permettent toutefois d'avoir un aperçu à chaud sur nos façons de consommer dans une situation jusqu'alors inédite. Il sera intéressant de les mettre en perspective plus tard avec d'autres études et d'en comprendre les conséquences socio-économiques.

[METHODOLOGIE]

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de plus de 18 ans de 1 508 personnes. Celle-ci a été conduite par l’institut d’études et de sondage Ifop. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé) après stratification par région et par catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 7 au 8 avril 2020.

BAROMÈTRE SUR LES CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL DES FRANÇAIS À L’ÉPREUVE DU CONFINEMENT

Nous vous proposons une étude exclusive réalisée par l'Ifop pour BNP Paribas Real Estate : une enquête qui sera menée en plusieurs vagues tout au long de cet épisode inédit, pour prendre le pouls de la situation et tirer demain des analyses éclairées sur la façon dont les espaces de travail doivent évoluer.

En nous indiquant votre email, nous vous proposons de recevoir cette première édition du baromètre réalisé par l’Ifop pour BNP Paribas Real Estate ainsi que les prochaines mises à jour de l’étude :

Recevoir l'étude
 - 
En cochant cette case, je consens à recevoir des sollicitations ou des offres commerciales sur des produits et services de la part de BNP Paribas Real Estate.
* Champs obligatoires. Si vous ne renseignez pas ces champs, nous ne serons pas en mesure de répondre à vos demandes.
BNP Paribas Real Estate, société par actions simplifiée,  167 quai de la Bataille de Stalingrad, 92867 ISSY LES MOULINEAUX  traite des informations à votre égard comme des données d'identification incluant des coordonnées dans le but de traiter les demandes que vous nous soumettez via le site web et, dans certains cas, à des fins marketing, entre autres à l’aide de cookies. Pour plus d’informations concernant la façon dont BNP Paribas Real Estate traite vos données personnelles dans ce contexte ainsi que sur vos droits (notamment vos droits d’accès, de rectification, d’opposition au traitement à des fins de prospection et votre droit de donner des directives relatives à l’utilisation de vos données à caractère personnel après votre décès ainsi que, dans certaines circonstances, un droit à l’effacement, à la limitation du traitement, à la portabilité des données et un droit de s’opposer à d’autres formes de traitement) et les obligations de BNP Paribas Real Estate à cet égard, nous vous invitons à consulter notre Notice Protection des données accessible via https://data-privacy.realestate.bnpparibas/.