Dans ce nouveau numéro de Real Catch Up, le podcast de BNP Paribas Real Estate qui observe, analyse et décrypte le secteur de l’immobilier et la ville de demain, nous discuterons de l’investissement. Si la crise sanitaire de ces dernières années a d’abord déstabilisé le secteur de l’immobilier, qui a vite su s’adapter et rebondir, elle a toutefois fait émerger de nouveaux actifs, dits alternatifs, tout en confirmant la place centrale des critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance) . Larry Young, Head of International Investment Group, BNP Paribas Real Estate, revient pour nous dans ce podcast sur la prise en compte de ces enjeux et dynamiques pour les investissements d’aujourd’hui et de demain.

La confirmation de la prise en compte des critères environnementaux et durables

 

Pandémies, tensions géopolitiques internationales, explosion démographique, étalement urbain ou encore raréfaction des matières premières constituent autant de paramètres qui modifient les manières de voir, de penser mais aussi d’agir, notamment dans le monde de l’investissement immobilier.

Selon Larry Young, le changement majeur survenu dernièrement repose sur l’omniprésence des facteurs environnementaux et du développement durable dans les investissements immobiliers. Effectivement, en raison de la prise de conscience généralisée de la nécessité de limiter non seulement nos émissions de gaz à effet de serre, mais aussi notre consommation d’énergie, « les investisseurs ont été enclins à se tourner vers le développement durable, les bâtiments verts tout en s’appropriant les critères ESG », explique Larry Young. Avant d’ajouter : « En lien avec ces changements de fond, les investisseurs travaillent de plus en plus avec les utilisateurs et occupants de leurs immeubles dans le but d’anticiper ces enjeux. Ces thématiques sont au cœur des stratégies d’investissements dans l’immobilier ».

Concrètement, cela se traduit sur le terrain par l’utilisation croissante de matériaux renouvelables, bio- et géosourcés tel que le bois, dans les constructions d’immeubles récentes, présentes et futures. Quant à la maitrise de la consommation énergétique, celle-ci s’effectue à travers l’emploi d’énergies renouvelables, une meilleure isolation thermique ou encore par des conceptions de bâtiments toujours plus ingénieuses. « Ce qui nous permet d’obtenir d’excellentes notations sur nos immeubles, telles que le label BREEAM et bien d’autres. Nous réalisons également de plus en plus de projets comprenant une mixité d’usages qui correspondent aux attentes des utilisateurs », précise Larry Young.

Assets alternatifs : les investissements de demain ?

 

Une autre pierre angulaire des investissements immobiliers repose de manière croissante sur les assets alternatifs. « Les investisseurs se sont tournés vers certaines classes d’actifs qui sont ressorties gagnantes de la pandémie. Il y a par exemple ce que nous appelons les bed & sheds, donc tout ce qui concerne le marché résidentiel et la logistique, qui fonctionnent bien. Mais il y a beaucoup de nouvelles classes d’actifs – soins de santé, sciences de la vie par exemples – qui sont devenues plus importantes en raison du Covid-19, mais aussi du fait de la prise en considération accrue des critères ESG », analyse Larry Young.

Enfin, deux facteurs majeurs auront un impact sur les investissements immobiliers des années à venir. Tout d’abord, les grands projets d’infrastructures de transports (mais aussi de télécommunications dans une moindre mesure) faciliteront grandement les mobilités, augmenteront les prix fonciers et favoriseront l’implantation d’immeubles ou leurs rénovations, et donc les investissements subséquents. Par exemple, grâce au projet du Grand Paris, l’immeuble de bureaux METAL 57, le démonstrateur des savoir-faire de BNP Paribas Real Estate situé à Boulogne-Billancourt, « profitera de l’une des principales nouvelles gares construites à proximité. Cette nouvelle ligne permettra par ailleurs d’aller à La Défense ou à l’aéroport Charles de Gaulle depuis Boulogne-Billancourt », rapporte Larry Young. Dans un second temps, les banques devront elles aussi scruter ces enjeux et dynamiques. Si les institutions financières sont encore timorées vis-à-vis des assets alternatifs, elles demeurent « essentielles pour le marché d’investissement », souligne Larry Young.

Vous en voulez plus ?

Episode 8 podcasts

Qu’est-ce que l’e-office ?

La crise du Covid a profondément changé la façon dont nous envisageons le travail et l’espace de travail, ainsi que nos modes de travail et de collaboration. Le développement du télétravail a renforcé le besoin de changement de nos habitudes de travail, laissant place à un mode d’organisation plus flexible.

GARDEZ DE L'AVANCE

Suivez l'actualité du secteur

réchauffement-climatique-immobilier
Territoires

Mieux comprendre le Décret Tertiaire

Dans un contexte de lutte contre le dérèglement climatique, de raréfaction des ressources, mais aussi de tensions géopolitiques et d’inflation galopante des prix de l’énergie, les enjeux de sobriété et d’efficacité énergétique sont plus que jamais d’actualité. Responsable de 43% de l’énergie finale totale consommée[1], tout en étant à l’origine de 30% des émissions de CO2 annuelles[2], le secteur de l’immobilier français – de la conception à l’utilisation en passant par la construction – est un acteur clé de la lutte contre le réchauffement climatique. Afin de réduire drastiquement notre consommation d’énergie et notre empreinte carbone, il est essentiel de rénover massivement le parc immobilier existant ancien, tout en optimisant son exploitation et son usage.

Lire la suite
les essentiels clamart
Territoires

Les Essentiels, un immeuble résidentiel haut standing au style Art Déco

Le secteur de l’immobilier fait aujourd’hui plus que jamais face à de nombreux défis sous les effets conjugués des mutations sociétales, technologiques, écologiques ou encore démographiques. L’heure est plus que jamais à la sobriété, notamment spatiales, et à une utilisation frugale de nos ressources.

Lire la suite
Ville durable
Prospective

Low Tech urbaine, une démarche au service d’une fabrique de la ville plus durable, vertueuse et responsable ?

Les méthodes les plus efficaces pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique, s’adapter à la raréfaction des ressources, fabriquer les villes de demain ou encore optimiser la gestion des déchets, doivent-elles, et peuvent-elles, reposer inexorablement sur le progrès technologique, la high tech, les Intelligences Artificielles (IA) et les technologies « vertes » ?

Lire la suite